aide creation entreprise

Plan de trésorerie prévisionnel

Le plan de trésorerie est construit à partir du compte de résultat prévisionnel et du bilan prévisionnel, mais n’a pas pour but d’anticiper le résultat comptable de l’entreprise et ses besoins de financement, mais sa situation de trésorerie dans les prochains mois ou prochaines années.

Pourquoi un plan de trésorerie prévisionnel ?

Connaître sa trésorerie future est possible

Je ne peux pas savoir combien mon entreprise (qui n’existe même pas) aura d’argent dans un an ! Cette évidence est très régulièrement l’affirmation d’un porteur de projet qui travaille à son business plan. Quelque part, on peut le comprendre tant il est vrai que ce chiffre subira toutes les variations possibles et imaginables entre ce qui avait été prévu sur le papier et la réalité. Mais d’un autre côté, il faut être persuadé qu’anticiper la trésorerie de son entreprise est indispensable. Le plan de trésorerie est l’une des conclusions d’un business plan et constitue la pièce maîtresse d’une demande financement (auprès d’une banque, d’une association...).

Cohérence du plan de trésorerie

Le plan de trésorerie permet de s’assurer de la cohérence financière d’un business plan :

  • Les produits et charges prévisionnels indiqués dans le compte de résultat prévisionnel doivent être décomposés mois par mois, obligeant à mesurer plus concrètement la faisabilité des ventes prévisionnelles et l’exhaustivité des charges prévisionnelles.
  • L’acquisition des immobilisations inscrites à l’actif du bilan prévisionnel doivent apparaître dans les décaissements, permettant de mesurer l’impact de ces achats souvent importants sur la trésorerie mensuelle de l’entreprise.
  • Les créances (factures clients non réglées) et dettes (fournisseurs mais aussi cotisations et TVA) qui figurent dans le bilan prévisionnel (établi à la date de clôture du premier exercice) doivent correspondre aux encaissements et décaissements qui seront constatés au début de la seconde année du plan de trésorerie.

Plan de trésorerie mensuel

Enfin, si le bilan prévisionnel indique le solde de la trésorerie au terme d’une année d’activité, le plan de trésorerie permet d’anticiper ce solde à la fin de chaque mois. La différence est énorme ! Si un client important règle l’ensemble de ses factures de l’année au mois de décembre, alors l’entreprise aura peut-être une trésorerie positive au 31 décembre, mais après avoir dû financer un manque de trésorerie tout au long de l’année. Or, lors de la création d’une entreprise, on anticipe généralement une augmentation progressive des ventes, et donc à la fois :

  • une augmentation des encaissements et donc de la trésorerie,
  • une augmentation du BFR (besoin en fonds de roulement), des stocks par exemple (pour les entreprises commerciales), des créances clients également, et donc du besoin de trésorerie. Ces deux effets simultanés et opposés sont à décomposer dans le prévisionnel de trésorerie.

Comment connaître à l’avance la trésorerie d’une entreprise

Une entreprise déjà existante a une idée précise du montant annuel de ses ventes, de leur saisonnalité, de l’impact d’une promotion commerciale sur son chiffre d’affaires... Dans le cas d’une activité à créer, il n’est pas possible de bénéficier du même effet d’expérience.

Activité prévisionnelle

Établir des prévisionnels ne consiste donc pas à garantir son niveau d’activité futur mais à proposer des scénarios (scénario pour les puristes) de chiffre d’affaires qui doivent reposer sur l’étude de la concurrence et de l’étude de marché effectuée. L’objectif par exemple peut être d’atteindre le chiffre d’affaires moyen de la concurrence dix-huit mois après la création de l’entreprise, ou de toucher cinq pour cent de la clientèle potentielle dans une zone d’activité donnée, de signer un nouveau contrat tous les quinze jours, de vendre mille produits par mois... Ainsi, le chiffre d’affaires prévisionnel renvoie vers les données financières collectées durant l’étude de marché et en particulier lors de l’étude de la concurrence.

Sur la base de cet objectif de ventes, il est alors facile d’établir un scénario plus favorable et un scénario défavorable.

Charges correspondant au CA prévisionnel

Ensuite, pour chaque niveau de chiffre d’affaires envisagé, les charges de l’entreprise peuvent être déterminées :
- soit, pour les charges variables, en fonction des ventes prévisionnelles (les achats de marchandises dépendent directement des ventes),
- soit, pour les charges fixes, en tenant compte de leur montant réel (loyer, électricité, cotisation foncière des entreprises... ont un montant indépendant du niveau d’activité qui doit être connu avant même la création de la société).

Estimation des postes du bilan

Enfin, les comptes de bilan sont à estimer en fonction :
- de l’activité encore une fois, pour la TVA à reverser, les cotisations sociales...
- des besoins de l’entreprise, pour les immobilisations (matériel de bureau et informatique),
- des caractéristiques de l’entreprise pour les impôts et taxes.

Au final, sur la base de projections de chiffre d’affaires crédibles et justifiées et de besoins de financements identifiés dans le plan d’activité (immobilisations, démarches commerciales envisagées...), l’entrepreneur peut anticiper les charges de sa future entreprise et donc son résultat prévisionnel d’une part, et sa trésorerie prévisionnelle d’autre part.

Exemple de plan de trésorerie prévisionnel

Un plan de trésorerie prévisionnel s’établit généralement sur trois ans. Son but n’est pas de fixer à l’avance le solde du compte bancaire de l’entreprise que l’on envisage de créer mais de mesurer la cohérence de ses prévisions et de s’assurer que l’activité anticipée permettra bien de financer les charges correspondantes, non pas globalement mais mois par mois. Les mois d’été en particulier génèrent généralement peu de chiffre d’affaires, aussi une trésorerie globalement équilibrée sur l’année peut faire apparaître un découvert bancaire en milieu d’année qui doit absolument être anticipé.

Libellé Janvier Février Mars Avril Mai Juin
Solde bancaire début mois 0,00 1.480,00 2.160,00 2.640,00 575,00 755,00
Encaissements
Libération capital +1.000,00
Prêt d’honneur +4.500,00
Règlements clients TTC +2.000,00 +3.000,00 +3.000,00 +3.000,00 +3.000,00 +3.000,00
Avances clients TTC +500,00 +200,00 +1.000,00
Total encaissements +8.000,00 +3.200,00 +3.000,00 +3.000,00 +3.000,00 +4.000,00
Décaissements
Remboursement prêt honneur -220,00 -220,00 -220,00 -220,00 -220,00 -220,00
Fournisseurs d’immo TTC -3.250,00
Fournisseurs exploitation TTC -2.250,00 -1.500,00 -1.500,00 -1.800,00 -1.800,00 -1.300,00
Autres fournisseurs TTC -800,00 -800,00 -800,00 -800,00 -800,00 -800,00
Cotisations sociales -0,00 -0,00 -0,00 -845,00 -0,00 -0,00
TVA à décaisser -0,00 -0,00 -0,00 -1.400,00 -0,00 -0,00
Prélèvements de l’exploitant -0,00 -0,00 -0,00 -0,00 -0,00 -0,00
Total décaissements -6.520,00 -2.520,00 -2.520,00 -5.065,00 -2.820,00 -2.320,00
Solde bancaire fin mois 1.480,00 2.160,00 2.640,00 575,00 755,00 2.435,00
Libellé Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc.
Solde bancaire début mois 2.435,00 -2.630,00 -4.050,00 -3.270,00 -2.865,00 -1.355,00
Encaissements
Libération capital
Prêt d’honneur
Règlements clients TTC +2.300,00 +2.300,00 +3.800,00 +5.000,00 +4.500,00 +4.500,00
Avances clients TTC +500,00
Total encaissements +2.300,00 +2.300,00 +3.800,00 +5.500,00 +4.500,00 +4.500,00
Décaissements
Remboursement prêt honneur -220,00 -220,00 -220,00 -220,00 -220,00 -220,00
Fournisseurs d’immo TTC -2.000,00
Fournisseurs exploitation TTC -1.300,00 -2.700,00 -2.000,00 -2.000,00 -2.000,00 -2.000,00
Autres fournisseurs TTC -800,00 -800,00 -800,00 -800,00 -800,00 -800,00
Cotisations sociales -845,00 -0,00 -0,00 -845,00 -0,00 -0,00
TVA à décaisser -2.200,00 -0,00 -0,00 -1.200,00 -0,00 -0,00
Prélèvements de l’exploitant -0,00 -0,00 -0,00 -0,00 -0,00 -0,00
Total décaissements -7.365,00 -3.720,00 -3.020,00 -5.065,00 -3.020,00 -3.020,00
Solde bancaire fin mois -2.630,00 -4.050,00 -3.270,00 -2.865,00 -1.355,00 125,00

Analyse de l’exemple de plan de trésorerie prévisionnel

Cet exemple de plan de trésorerie laisse apparaître un besoin de 4.000 euros en cours d’année, alors que le bilan prévisionnel correspondant indique au contraire que le compte de banque à l’actif sera bien positif au terme des douze premiers mois d’activité (solde positif de 125 euros).

Ce point permet de souligner l’importance d’établir sur 3 ans son plan de trésorerie, délai le plus souvent nécessaire avant que l’entreprise atteigne sa vitesse de croisière ou tout du moins dégage un excédent de trésorerie régulier.

Ainsi, l’apport initial de 1.000 euros s’avère insuffisant et doit être augmenté de 4.000 euros au minimum. D’ailleurs, un apport limité à 1.000 euros alors qu’un prêt de 4.500 euros est par ailleurs négocié constitue une situation déséquilibrée et non réaliste.

En revanche, on constate que l’entreprise conserve une marge de manœuvre si elle peut reporter le règlement de 2.200 euros prévu au bénéfice d’un fournisseur d’immobilisation au mois de juillet.

A l’inverse, il faut souligner l’absence de rémunération prévue pour l’exploitant. Cette situation n’est acceptable que si ce dernier possède par ailleurs des revenus assurant son train de vie personnel, le maintien de ses ARE durant les 15 premiers mois de l’entreprise par exemple. Dans ce cas, le plan de trésorerie des années suivantes permettra de vérifier que la trésorerie dégagée permettra bien à l’entrepreneur de se rémunérer. Dans le cas contraire, ce projet n’est pas viable.

Enfin, les cotisations sociales de l’exploitant constituent un véritable piège pour les travailleurs non salariés (entrepreneur individuel et gérant majoritaire de société). En effet, les cotisations appelées durant les 24 premiers mois d’activité ne sont qu’un acompte basé sur une rémunération de l’exploitant (dans le cas d’une société soumise à l’impôt sur les sociétés) ou un résultat fiscal (si l’entreprise relève de l’impôt sur le revenu) théorique. Aussi, des ajustements, positifs ou négatifs en terme de trésorerie, sont à prévoir durant la troisième année d’activité. Ces régularisations de cotisations doivent obligatoirement figurer dans le plan de trésorerie à 3 ans, démontrant la maîtrise du créateur d’entreprise de son régime social.



Plan du site | Annonce légale | expert-comptable | Avocat | Légal | Contact