aide creation entreprise

Télésecrétaire auto-entrepreneur

Auto-entrepreneur n’est pas un métier, c’est un statut juridique, celui choisi par cette entrepreneuse pour lancer son entreprise de télé-secrétaire.

Interview d’une télé-secrétaire plus que d’un auto-entrepreneur

Bonjour Nathalie, pourriez-vous présenter votre entreprise et votre métier de secrétaire indépendante.

Je suis Nathalie MARTIN, dirigeante d’ALFORT SECRETARIAT, une entreprise indépendante spécialisée dans l’assistanat pour entreprises et particuliers.

Pendant mes vingt ans de salariat en tant que secrétaire, tour à tour dactylo puis assistante juridique, j’ai pu acquérir des compétences variées et une spécialisation « juridique », une matière très dure mais tellement intéressante.

Il y a quatre ans, j’ai décidé de mettre mes compétences au profit de tous, et de créer mon entreprise de télé-secrétariat.

A quel besoin répond cette activité de télé-secrétariat ?

Qui n’a pas rêvé d’avoir un secrétariat que l’on peut payer à l’heure, au forfait selon le travail effectué ?

Le besoin est là, mais pas forcément l’intérêt d’embaucher à temps complet une personne, sans compter les charges sociales à payer sur un salaire.

Aujourd’hui, mon expérience m’a permis de mettre en place des prestations adaptées à toutes les branches d’activité, du secrétariat classique au secrétariat juridique, des formalités d’entreprises aux simples formalités administratives pour les particuliers.

ALFORT SECRETARIAT s’adapte à la demande et à ses clients.

Pourquoi le statut d’auto-entrepreneur ?

Pour démarrer mon activité, il y a quatre ans, j’ai choisi le statut de l’auto entrepreneur. Je précise : le statut de l’auto entrepreneur est un statut fiscal, quand je me présente à mes clients, je ne dis pas « je suis auto entrepreneur », non, je suis une entreprise !

Beaucoup s’immatriculent en se présentant à leurs futurs prospects : « bonjour je suis auto entrepreneur en secrétariat », par exemple : erreur à ne pas commettre !

Pourquoi l’avoir choisi ?

Pour sa simplicité administrative : un formulaire à remplir et vous avez terminé votre immatriculation.

Pour tester une activité, c’est l’idéal surtout quand on a un travail salarié à côté, comme moi, pendant trois ans.

Mais attention, vous êtes chef d’entreprise avant tout, donc vous avez la gestion d’une activité, c’est-à-dire, une étude de marché à faire, des charges à payer comme toute société dès que vous réalisez un chiffre d’affaires, la prospection pour chercher de nouveaux clients.. vous devez raisonnez en chef d’entreprise avant tout.

Pour moi, le statut de l’auto entrepreneur est valable pour une activité dès lors qu’il n’y a pas de gros investissements à faire pour démarrer. Il faut penser qu’un auto entrepreneur ne facture pas de TVA et surtout ne la récupère pas sur ses achats.

Votre client ne paie que le travail réalisé : le prix que vous proposez à vos clients est automatiquement celui qu’il devra payer.

Et quels inconvénients trouvez-vous à ce statut d’auto-entrepreneur ?

Le seul inconvénient à ce statut est la limitation du chiffre d’affaires qui est pour l’année 2013 :
- 89 600 euros pour les activités d’achat-vente.
- 34 600 euros pour les autres prestations de services.

Une fois ces seuils maximaux dépassés, vous devez vous immatriculer au Registre du Commerce et des Sociétés ou au Répertoire des Métiers dans les 2 mois qui suivent.

Le régime micro-social simplifié cesse au 31 décembre de l’année de dépassement. Vous perdrez le bénéfice du régime fiscal de la micro-entreprise au 1er janvier de l’année de dépassement. Vous devrez facturer la TVA dès le 1er jour du mois de dépassement.

Pour le moment, je reste auto entrepreneur tant que je n’ai pas atteint le seuil, et bien sûr suis les hésitations du gouvernement qui veut limiter dans le temps ce fabuleux statut mais si je devais changer de statut, je pense que j’opterai pour la SARL, qui pour moi est quand même le plus simple au niveau gestion cela m’obligerait à facturer la TVA à mes clients, ce qui pour certains n’est pas forcément intéressant.

Pour vous rassurer, vous pourrez continuer à ne pas facturer de TVA même si vous deviez changer de statut, car la réforme du régime de la franchise en base de TVA n’est pas prévue. Merci pour cette interview.

Merci beaucoup de m’avoir donné l’occasion de m’exprimer sur votre site et je souhaite à tous, une bonne lecture et n’hésitez pas à faire appel à ALFORT SECRETARIAT.

Nathalie MARTIN
Tél. : 06.62.77.36.09
Fax : 09.51.68.76.16
Site : http://www.alfortsecretariat.com


Articles complémentaires de ce dossier



Vente alcool à domicile

Posez votre question ou apportez une réponse
  • 17 juin 2013, par morgane

    Cette activité est actuellement omniprésente sur la toile. Depuis, beaucoup se sont démarqué dans le secteur et sont en phase de marquer leur notoriété. « la limitation du chiffre d’affaires », là est effectivement la problématique rencontrée, surtout aujourd’hui.
    Une fois le seuil atteint, le choix est varié selon les intérêts de chacun. SARL par exemple, plus simple et plus en adéquation au domaine d’activités effectivement.

Plan du site | Annonce légale | expert-comptable | Avocat | Partenaires | Sites utiles | Légal | Contact