aide creation entreprise

Le portage salarial avec ITG

Le portage salarial, vous connaissez ?

Parmi les nouvelles formes d’emploi, le Portage Salarial est l’une des plus efficaces et pourtant l’une des moins connues.

Un système intelligent

Envisageons un cadre au chômage. Il cherche un emploi et n’en trouve pas. Pourtant, il est compétent et même reconnu dans sa spécialité. Ses interlocuteurs lui répètent : « Nous n’embauchons malheureusement pas en ce moment. Mais votre compétence et votre savoir-faire nous intéressent. Êtes-vous prêt à accepter une mission ? Nous vous ferons un contrat de conseil, vous nous ferez une facture et nous vous règlerons par chèque ».

Ce cadre y réfléchit car la mission lui permettrait de faire un travail intéressant tout en facturant à un tarif plus que convenable, celui d’un consultant. Certes mais juridiquement, pour adresser une facture d’honoraires à un client et rester dans la légalité, il faut soit être immatriculé en tant que travailleur indépendant, soit avoir une société qui facture pour vous. C’est exactement ce que la société de Portage Salarial propose à ce cadre : transformer ses honoraires en salaire.

Histoire d’un succès

Près de vingt mille cadres utilisent actuellement le Portage Salarial, un chiffre en progression constante. Les entreprises se sont organisées en mode projet, bouleversant l’emploi et notamment les carrières des cadres. En effet, les cadres connaissent une vie professionnelle faite de phases et de ruptures successives. Leurs carrières sont devenues des parcours à géométrie variable. ITG a pris toute la mesure de cette évolution.

Le leadership d’ITG dans un marché en développement

Le marché du Portage Salarial est en croissance dans les entreprises. Leurs offres de missions pour des experts autonomes ou indépendants se multiplient.

La croissance touche de la même façon le secteur public : comment, lorsque les recrutements sont encadrés, l’Etat et les Territoires pourraient-ils satisfaire leurs nouveaux besoins : développement économique, action sociale, nouvelles technologies, communication, environnement sans aide extérieure ?

En France, comme à l’international, les missions confiées au Portage Salarial dans les deux secteurs Public et Privé se comptent désormais par dizaines de milliers. Cet appel d’air a profondément modifié le profil des intervenants en Portage Salarial : de plus en plus d’hommes et de femmes, jeunes et seniors.

C’est en suivant ces évolutions qu’ITG s’est affirmé dans sa position de leader du marché français.

L’histoire remonte à 1996 quand ses fondateurs Jacques Vau et Marc Cadiot s’étaient réunis pour fonder cette société dans le but d’être occupés quelques jours par semaine. Après 16 ans, en pleine « adolescence » ITG connaît une croissance continue malgré les difficultés économiques récentes des dernières années. ]

La société a bâti son offre sur trois occurrences principales pour recruter ses portés :

  • Les missions occasionnelles (entre 1 et 3 missions par an). Elles sont le fait d’experts qui sont appelés à intervenir ponctuellement dans les domaines de la certification, de l’information (conférences, articles, vidéos) et de la formation. Environ 450 personnes chez ITG.
  • Les transitions professionnelles. Au cours de sa carrière, un cadre est amené à changer 6 à 8 fois d’entreprise. Lors de chaque rupture se crée un temps de repositionnement dépendant de l’état du marché du travail et du rythme propre de recherche du candidat. ITG existant depuis 16 ans, toutes les semaines, d’anciens consultants viennent réactiver leur inscription. Pour ces 950 personnes, ITG est devenu la « famille transitionnelle ».
  • Les consultants autonomes (entre 4 et 12 clients). Ils règlent leur temps au gré des demandes et de leur organisation personnelle. Peu d’entre eux souhaitent changer pour une autre vie professionnelle. Ces consultants sont attachés à l’image d’ITG, aux services, mais aussi à leurs correspondants. Environ 1200 personnes.

C’est parce qu’ITG a pleinement conscience de ces différentes situations et de leur évolution que la société s’adapte en permanence et peut promouvoir cette nouvelle forme de travail.

Qui sont les « portés » ?

Essentiellement des personnes qui œuvrent dans le domaine du conseil, et plus généralement dans le domaine des « prestations intellectuelles » (audit, formation, qualité). Les cadres y sont les plus nombreux. Leur point commun ? Le choix de l’autonomie professionnelle. Le Portage Salarial procure cette autonomie au regard des conditions actuelles du travail des cadres et de ses trois piliers, le stress au quotidien, les objectifs sans cesse réadaptés, le sentiment dominant d’insécurité personnelle.

Les missions recherchées par les portés, se traduisent par une commande de services. Ces missions n’entrent pas dans la catégorie des frais de personnel car elles n’impliquent pas de lien de subordination entre le porté et le client à l’instar du contrat de travail intérimaire. Les sociétés de Portage Salarial rémunèrent les portés après prélèvement d’un pourcentage de frais de gestion ce qui signifie que près de 90 % des honoraires bénéficient à la masse salariale.

Faire progresser son professionnalisme

Les consultants « portés » se consacrent uniquement au développement et à l’accomplissement de leur métier. Le reste, c’est la société de Portage qui s’en charge. Elle prend la responsabilité juridique des interventions, et garantit la satisfaction des clients, offrant de surcroit un accès à la formation permanente. ITG propose à chaque consultant, et ce dès la première heure de mission, un crédit de 20 h de formation au titre du DIF1, un accompagnement vers la posture consultant.

Les bonnes pratiques du Portage Salarial

« Plus de 300 organismes s’annoncent comme Sociétés de Portage Salarial, mais n’ont pas tous pris la mesure des responsabilités financières et juridiques qui sont les leurs en pratiquant ce métier ». Cette affirmation provient de Jacques Vau, Fondateur d’ITG, précédemment Président du SNEPS, le Syndicat National des Entreprises de Portage Salarial, et l’un des initiateurs actifs du Dialogue Social instauré pour moraliser la profession.

Seules certaines entreprises de Portage Salarial respectent les bonnes pratiques qui vont souvent au-delà des obligations légales, concernant les cadres autonomes tels que définis par la convention collective Syntec-CICF.

Un inconnu qui ne le sera bientôt plus !

Toutes les conditions sont maintenant réunies pour que le Portage Salarial sorte de l’ombre et voit confirmer sa place dans le panorama de l’emploi français, aux côtés des contrats « classiques ». En réalité, contrats classiques, multi-salariat, intérim, portage, répondent au même besoin : offrir une forme adaptée à chaque étape du parcours d’un cadre. Dès lors qu’il est conduit de manière sérieuse et professionnelle, le Portage Salarial, c’est l’Emploi.

Cet article vous a intéressé retrouvez nous sur www.itg.fr ou au 01 44 69 80 40



Plan du site | Annonce légale | expert-comptable | Avocat | Partenaires | Sites utiles | Légal | Contact