aide creation entreprise

Retraite assurance vie



Les nouvelles formes de business plan

Souscrire un contrat d’assurance vie à 30 ou 40 ans paraît aberrant si l’on confond ce type de placement financier avec une assurance décès, autre type d’assurance qui conserve d’ailleurs tout son intérêt pour l’entrepreneur individuel ou le gérant de société qui souhaite assurer sa famille d’un capital dans l’éventualité de son décès.

L’assurance vie pour sa retraite

L’assurance vie est une forme de contrat qui permet de constituer une épargne de long terme.

Aussi, en raison de ce caractère de long terme, la fiscalité applicable à l’assurance vie est avantageuse, permettant d’en percevoir les intérêts sous forme de capital ou de rentes en limitant le montant de l’impôt et des prélèvements sociaux.

La performance du contrat dépend du type de gestion choisi : placements risqués par des achats de fonds en actions, obligations d’Etat ou d’entreprises, produits monétaires...

Ainsi, un contrat d’assurance vie est une solution pour se constituer une épargne de précaution, en prévision notamment de sa retraite, pour pouvoir compléter sa pension et combler sa baisse de revenus.

Durée d’un contrat d’assurance vie

Un contrat d’assurance vie n’a pas de durée minimum, en revanche la fiscalité qui s’y applique devient réellement intéressante lorsque le contrat a atteint une durée de 8 années.

En effet, avant ces 8 ans, les produits financiers générés par le contrat sont imposés à l’impôt sur le revenu sans aucun avantage particulier.
Le bénéficiaire a autrement la possibilité de choisir une imposition forfaitaire à un taux de :
- 15% (auxquels s’ajoutent les prélèvements sociaux au taux de 15,5%) si le contrat a au moins 4 ans (intéressant que pour les ménages imposés à une tranche marginale d’impôt sur le revenu supérieure à 30%),
- 35% avant 4 ans.

Fiscalité assurance vie

Au-delà de la durée de 8 ans, la fiscalité devient réellement avantageuse puisque les intérêts du contrat (et uniquement les intérêts, le capital placé n’étant pas taxé quant à lui) sont soumis à un prélèvement forfaitaire de 7,5%.

Or cet impôt n’est dû qu’au-delà de revenus financiers annuels supérieurs à 4.600 euros pour un célibataire et 9.200 euros pour un couple. Dans la pratique, il est donc possible de retirer petit à petit son épargne déposée sur un contrat d’assurance vie et les intérêts correspondants sans payer d’impôt.

Par exemple, si un contrat comprend 100.000 euros d’épargne et 25.000 euros d’intérêt, un couple a la possibilité de retirer sur 3 ans le capital et les produits capitalisés pour que l’abattement annuel de 9.200 euros puisse absorber la totalité des produits (9.200€ x 3 années étant supérieur au total de 25.000€ des produits potentiellement imposables).

Assurance vie et Perp ou loi Madelin

Le but de ce dossier est de présenter les produits financiers permettant à un chef d’entreprise de préparer sa retraite. L’assurance vie n’est pas un contrat destiné exclusivement à un futur retraité, mais peut aussi être utilisée avec cet objectif.

Il ne s’agit pas non plus d’un moyen de réduire immédiatement son impôt, mais plutôt d’éviter l’impôt à terme sur les produits de son épargne. Cet autre objectif de défiscalisation est propre :
- au PERP,
- au contrat Madelin.

En revanche, contrairement à ces produits d’épargne retraite, l’assurance vie présente l’avantage de ne pas bloquer totalement son épargne qui reste disponible à tout moment. Aussi, l’assurance vie est un produit complémentaire du Perp et de la loi Madelin. Pour obtenir plus d’information sur ces produits, se reporter à la page correspondante de ce site.




Plan du site | Annonce légale | expert-comptable | Avocat | Légal | Contact