aide creation entreprise

Coût d’une franchise



Les nouvelles formes de business plan

Le coût d’une franchise comprend les coûts que l’on retrouve dans toute création d’entreprise augmentés des coûts spécifiques de la franchise.

Coût de création de l’entreprise

Une franchise n’est pas un statut juridique. C’est un contrat signé par une entreprise individuelle ou une société. Préalablement à la signature de ce contrat, le franchisé doit donc créer une structure juridique, généralement :
- une entreprise individuelle,
- une société de type EURL ou SARL.

Dans tous les cas, les questions à se poser quant au choix de structure à créer (responsabilité, nombre d’associés, statut du conjoint...) dépassent largement leur coût de création, relativement modéré dans tous les cas.

Local commercial

Il n’en est pas de même du choix du local professionnel dans lequel le franchisé va s’installer. Le choix de ce dernier n’est pas totalement libre, des critères d’emplacement, de taille... étant imposés par le franchiseur.

Ensuite, entrer dans un local commercial a un coût. Ce prix d’entrée est à payer :
- soit au précédent locataire qui vend son droit au bail,
- soit au propriétaire qui exige un pas-de-porte à verser au début du bail, en plus du loyer mensuel.

Dans les deux cas, les clauses du bail commercial repris auprès du précédent preneur ou signé directement avec le bailleur sont à respecter. Elles prévoient évidemment un loyer, mais aussi que ce loyer devra être versé obligatoirement jusqu’au terme de chaque période triennale (période de 3 ans, d’où le nom de bail 3/6/9). Ainsi, en cas de difficulté financière, le locataire ne peut pas quitter le local sans rester responsable des loyers jusqu’au prochain terme, pour une durée de plusieurs mois voire années.

Vendre le droit au bail sera alors une priorité, pour vendre simultanément cette obligation, mais une perte sur la valeur de ce droit au bail est alors à craindre...

Coût de l’emprunt

Face aux premières dépenses entrevues, on imagine bien que le futur franchisé devra obtenir un prêt à la création d’entreprise.

Or qui dit emprunt dit :
- Intérêts, à payer au fur et à mesure des remboursements,
- Apport personnel, ces apports devant représenter, à la demande de la banque mais surtout du franchiseur, environ un tiers de l’investissement global.

Mais on reste là dans les coûts rencontrés dans toute création d’entreprise, auxquels s’ajoutent les coûts plus spécifiques à la franchise.

RFI

La RFI est la Redevance Forfaitaire Initiale. C’est le montant à payer pour entrer dans un réseau de franchise, pour pouvoir utiliser le nom du franchiseur. Aussi, plus un réseau dont la marque est prestigieuse plus ce droit d’entrée sera couteux (jusqu’à 50.000 euros). A l’inverse, de jeunes réseaux de franchises peuvent prévoir un RSI quasi-nul, leur intérêt étant de développer leur couverture géographique et la mise en avant de leur marque avant de la vendre aux nouveaux entrants.

Mais cette redevance initiale comprend également l’assistance du franchiseur. Et c’est là que le contrat de franchise est à étudier attentivement. Entre deux réseaux, que prévoient comparativement les contrats de franchise ?

Quelle est l’étendue de l’assistance comprise dans le RFI, quel coût représentera l’assistance qui n’est pas incluse dans le RFI ?
La réponse à cette double question justifiera certainement les écarts entre les montants de RFI annoncés.

Formation initiale et continue

Une enseigne de coiffeur va avec un style différencié, une formation initiale par conséquent. Cette formation est souvent incluse dans le RFI, mais ce n’est pas une obligation, et peut donc être imposée comme un coût supplémentaire à payer lors de son installation.

De plus, le contrat de franchise peut prévoir de la formation continue. Ce coût annuel aura alors un impact non pas sur l’apport initial à réunir mais sur la rémunération future du franchisé.

Achats d’équipements ou de produits

Reprenons l’exemple d’un salon de coiffure, les produits qui y seront utilisés doivent porter le nom du franchiseur, les achats sont donc obligatoirement réalisés auprès d’une centrale d’achat imposée par le contrat de franchise, indépendamment des prix pratiqués et de la concurrence.

Le coût de cette franchise est alors inclus dans les charges d’exploitation annuelles, mais cela reste un coût à prendre en compte pour comparer deux réseaux, et également dans la comparaison entre le choix de la franchise par rapport à une installation en indépendant.

Lors de la création de la franchise en revanche, il faut penser dans son business plan à budgétiser le coût d’acquisition du stock.

Concernant les équipements, les immobilisations (aménagement du local, matériel, mobilier, véhicule...), là encore le coût est prévisible dans le contrat de franchise lorsque ces travaux sont imposés par le franchiseur. Un coût moyen au mètre carré est alors à anticiper, très variable évidemment en fonction de l’activité et des obligations du franchisé, de l’ordre de 500 euros à 2.000 euros par mètre carré.

Royalties

Les royalties ne constituent pas un coût initial mais une charge de fonctionnement. En fonction des contrats de franchise, un pourcentage du chiffre d’affaires, ou un montant forfaitaire, est à verser au franchiseur chaque année.

Là encore ces royalties peuvent couvrir ou non les frais de formation obligatoires. Dans tous les cas, le montant des royalties est lié à la publicité nationale que le groupe développe en permanence pour mettre en avant l’ensemble du réseau et assoir sa notoriété.

Au final, le coût moyen de création d’une franchise peut être chiffré à 200.000 euros. Donner un chiffre unique empêche de donner le chiffre juste, mais permet de mesurer, en moyenne en France, l’apport personnel dont dispose un franchisé pour créer son entreprise : environ 1/3 de cet apport soit 70.000 euros.




Plan du site | Annonce légale | expert-comptable | Avocat | Qui sommes-nous ? | Légal | Contact