aide creation entreprise

Compte offshore banque offshore

La plus souvent, l’entrepreneur qui crée une offshore n’apparaît pas dans les statuts, il est simplement propriétaire du compte bancaire de cette société.

Obligation compte bancaire offshore

La création d’une société offshore demande de nommer un directeur et de désigner le ou les actionnaire(s) de cette société. Or l’anonymat du propriétaire réel de cette entreprise offshore exige que son nom n’apparaisse pas dans les documents juridiques qui constituent la société. Aussi, le véritable propriétaire d’une entreprise offshore ne conserve au final que la propriété du compte bancaire de la société offshore, compte bancaire dont il est le seul signataire.

Aussi, la création d’une société offshore est toujours couplée à l’ouverture d’un compte bancaire à l’étranger. En effet, pour conserver l’anonymat recherché, ce compte bancaire doit permettre de dissimuler le nom de son propriétaire. Le compte bancaire d’une société offshore est donc un compte numéroté ouvert à l’étranger, compte identifié par son seul numéro dans un paradis fiscal qui garantie l’anonymat de son propriétaire et respecte le secret bancaire.

Ouverture compte offshore

L’ouverture d’un compte à l’étranger pour une société offshore nécessite généralement, en plus des documents légaux qui attestent de la création de la société offshore, un certificat de bonne conduite ("good standing certificate") établit au moment de la création de la société. Par ailleurs, le propriétaire du compte doit fournir une copie de son passeport.

Ce compte offshore peut être ouvert dans un paradis fiscal différent de celui dans lequel la société offshore a été immatriculée. Ainsi, une société offshore créée aux Seychelles peut ouvrir son compte bancaire en Suisse, en Lettonie, à Hong-Kong... Aussi, les critères de choix d’un paradis fiscal pour créer une entreprise offshore ne sont pas les mêmes que pour l’ouverture d’un compte offshore. En effet, ouvrir un compte bancaire dans un paradis fiscal demande de comparer :
- le montant minimum des dépôts à effectuer pour l’ouverture du compte bancaire et le solde minimum à conserver sur ce compte ouvert à l’étranger (un dépôt minimum de 5.000 euros à 10.000 euros est exigé pour l’ouverture d’un compte en Suisse),
- les placements offerts par la banque étrangère (les banques n’ayant que peu d’intérêt à ouvrir un simple compte courant, leur objectif étant plutôt de proposer des placements financiers),
- les frais de tenue de compte annuels,
- les frais bancaires sur les opérations de retrait d’espèces...

En revanche, toutes les banques proposent avec l’ouverture d’un compte bancaire la possibilité de gérer son compte via internet (car l’ouverture du compte offshore et sa gestion se traitent à distance) et une carte de retrait anonyme. Cette carte de débits anonyme permet d’effectuer des retraits d’espèces depuis n’importe quel distributeur :
- sans réelle limite de montant (limite de 2.000 euros par jour sur un compte suisse par exemple),
- sans qu’apparaisse le nom du propriétaire du compte mais uniquement le numéro de son compte bancaire offshore.

Paradis fiscaux pour ouverture compte offshore

Le plus souvent, l’ouverture d’un compte offshore est proposé dans les paradis fiscaux suivants :
- en Suisse, mais il faut anticiper un coût élevé et un dépôt minimum parfois très significatif,
- aux Seychelles,
- à Hong Kong (de plus en plus fréquemment proposé),
- en Lettonie pour limiter les frais de gestion du compte,
- en Nouvelle Zélande,
- en Azerbaïdjan...
- à Chypre,
- au Panama
- à Belize...


Articles complémentaires de ce dossier

Société onshore définition


Plan du site | Annonce légale | expert-comptable | Avocat | Légal | Contact