aide creation entreprise

Franchise Basilic & Co



Les nouvelles formes de business plan

Franchise Basilic & Co ou comment allier qualité et rapidité en restauration.

Permettre d’être reconnu d’emblée comme un restaurateur professionnel

Le système de franchise exige, pour toute enseigne, d’apporter un avantage sur sa future concurrence à tout créateur d’entreprise qui s’engage avec elle, généralement sur une durée de 5 ou 7 ans. Cette prime au démarrage, offre de devenir indépendant en étant d’emblée reconnu comme un professionnel de son secteur, ce qui nécessiterait 2 à 3 années d’exploitation de son activité lorsque l’on lance son entreprise en solo.

Encore faut-il que cet avantage sur la concurrence soit avéré, ce que chacun peut déterminer en vérifiant si le franchiseur apporte trois éléments indispensables : un concept différenciant sur son marché et un univers de marque pour le consommateur, un réel accompagnement pour transmettre son savoir-faire au créateur d’entreprise, le plus souvent néophyte dans le secteur de l’enseigne.

Laurent Bassi, fondateur de Basilic & Co, a préparé son lancement en franchise durant neuf années. « Le franchiseur doit être certain d’avoir réuni tous les éléments devant concourir à la réussite d’un créateur d’entreprise avant de lui apprendre comment pratiquer notre activité. C’est-à-dire d’avoir testé soi-même toutes les erreurs possibles, de s’assurer de la rentabilité du modèle économique du concept et de codifier cette nouvelle façon de pratiquer un métier pour qu’il soit simple à reproduire par une personne ne connaissant pas notre secteur, mais disposant de compétences transférables dans notre activité », affirme ce jeune franchiseur à peine trentenaire.

La pause « déjeuner » à nouveau sacrée

En 2004, Laurent Bassi a ainsi l’idée d’allier qualité de la cuisine et rapidité de service dans la restauration pour un produit qu’il aime déguster : la pizza. Avec l’aide de sa famille, il emprunte 10 000 euros et teste son idée à travers un premier restaurant de 26 m2 à Saint-Jean-en-Royans, dans sa Drôme natale. Dans cette ville de 3000 habitants, le succès est au rendez-vous pour ses pizzas de terroir, qui associent tradition culinaire italienne (la pizza) et culture gastronomique française (Ravioles du Royans label rouge, saucisse de Morteau IGP, Bleu du Vercors AOC etc.).

Laurent Bassi double son chiffre d’affaires en deux ans, et réinvestit ses bénéfices dans un nouvel établissement de vente à emporter, ouvert en 2007 à Romans-sur-Isère (30 000 habitants). « Le restaurant de Saint-Jean-en-Royans m’a permis de comprendre comment organiser les équipes et l’espace du point de vente pour satisfaire le consommateur… en temps et en heure ! Aujourd’hui, le client désire, en particulier durant sa pause du déjeuner, pouvoir se restaurer en peu de temps et prendre, voire reprendre, du plaisir à manger. A Romans-sur-Isère, j’ai également commencé à construire un univers de marque », souligne Laurent Bassi.

Jusqu’à 150 pizzas de terroir par heure

En 2013, il finit de traduire la vision de son métier en développant son concept dans un restaurant intégrant restauration assise sur place et vente à emporter sur un nouveau type d’emplacement, dans une grande ville, à Grenoble, directement face à la concurrence des autres enseignes positionnées sur la pizza. Toujours en prenant lui-même le risque d’investir ses propres moyens financiers.

« L’établissement Basilic & Co de Grenoble répond à l’équilibre entre le plaisir du client et les contraintes d’un service rapide, que tout restaurateur proposant des places assises doit atteindre pour se différencier sur le marché de la pizza. L’organisation ultra-millimétrée mise au point après 9 années de recherche, de travail, de doutes et de réussites, est enfin au service d’un matériel conçu sur mesure pour un métier extrêmement technique.
Nous pouvons aujourd’hui élaborer et cuire jusqu’à 150 pizzas de terroir par heure, avec une rentabilité constatée pour une affaire employant 2 à 4 salariés. Nous avons codifié la pratique de notre métier dans 9 manuels de savoir-faire. Nous avons de plus construit une formation d’un mois, alternant théorie et pratique, pour que tout candidat à la franchise retenu à l’issue de notre « parcours de découverte réciproque » puisse démarrer leur activité sous enseigne Basilic & Co en étant tout de suite opérationnel. Nous permettons également à nos franchisés de mieux s’approprier les subtilités de leur activité par un accompagnement régulier, notamment réalisé au sein même de leur restaurant », affirme Laurent Bassi.

Fin 2014, le réseau Basilic & Co comptait deux unités détenues en propre et deux établissements créés par des franchisés, à Nantes et Guilherand-Granges (près de Valence).

Pour en savoir plus : www.projet-franchise.com




Plan du site | Annonce légale | expert-comptable | Avocat | Légal | Contact