aide creation entreprise

Auto-entrepreneur duplicate bullshit



Les nouvelles formes de business plan

Les auto-entrepreneurs exercent une concurrence déloyale, ils bénéficient d’un régime fiscalement et socialement avantageux, c’est ce qu’on appelle du :

Duplicate bullshit

Le duplicate content, c’est copier sur un site le contenu d’un autre site. Aujourd’hui, j’invente le "duplicate bullshit".

PS : selon Wikipédia, bullshit, terme américain, signifie "merde de taureau", et s’utilise pour dénoncer un mensonge, une inexactitude, autrement dit une connerie.

Le duplicate bullshit consiste donc à reprendre de l’information erronée et, par un effet boule de neige, à l’imposer comme une vérité qu’il n’est plus même nécessaire de démontrer.

Je publie donc le scoop suivant :

"En proposant une simplification des formalités administratives et un allégement des charges sociales et fiscales, ce nouveau statut d’entrepreneur individuel..."

Ce début de paragraphe est tiré d’un hebdomadaire français à grand tirage.

Allégement de charges sociales et fiscales ?

Donc les auto-entrepreneurs bénéficient d’un allégement de charges sociales et fiscales. Un auto-entrepreneur, ça cotise nulle part, profite des congés payés (quand c’est pas malade au frais de la Sécu !), c’est eux qui rodent à Deauville le dimanche, mangent une pizz’ face à la mer, les doigts de pieds bronzés et le portable à l’oreille, en expliquant à un autre du même acabit, installé un peu plus loin en terrasse, le manque de productivité en France en raison d’une trop grande pression fiscale. C’est bien connu, les auto-entrepreneurs en sont à bouffer le travail des plombiers polonais. La faute aux auto-entrepreneurs encore une fois.

Comment alléger les cotisations patronales grâce à une hausse de la TVA tout en montrant du doigt les entrepreneurs qui bénéficient (soi-disant) d’allégement de charges sociales ?

Comment continuer à payer en partie, sous forme de crédits d’impôts, les employés à domicile de certains tout en dénonçant le régime (soi-disant) avantageux des auto-entrepreneurs qui concurrencent justement ces emplois rémunérés grâce à des CESU ?

Comment pousser les chercheurs d’emploi hors des statistiques du Pôle Emploi en les incitant à la création d’une auto-entreprise (vous savez, ce régime fiscal ultra-privilégié) tout en crachant sur les auto-entrepreneurs ?

La liste serait longue si elle se voulait exhaustive, mais suffisante pour noter une certaine contradiction entre les mesures fiscales et sociales qui se chevauchent en France.

Charges sociales auto-entrepreneur

On ne revient pas sur le calcul des cotisations sociales d’un auto-entrepreneur, on a déjà démontré plusieurs fois ici que :
- les cotisations sociales de l’auto-entrepreneur sont comparables aux cotisations sociales que payaient autrefois les micro-entreprises (qui existaient bien avant le lancement du statut d’auto-entrepreneur),
- le mode de calcul de ces cotisations sociales qu ne tient pas compte des charges réelles de l’auto-entrepreneur est un véritable piège pour les auto-entrepreneurs dont l’activité nécessite des charges réelles significatives.

On peut en revanche s’attarder sur :
- Les stages en entreprise qui dissimulent de véritables contrats de travail, les incitations sociales à l’embauche d’un premier salarié, à l’embauche des séniors... mais ce serait hors sujet car les auto-entrepreneurs ne sont nullement concernés.
- La précarité de la protection sociale des auto-entrepreneurs et la catastrophe annoncée des retraites des auto-entrepreneurs (le nombre de trimestres validés dépendant du montant de leur chiffre d’affaires).

Charges fiscales auto-entrepreneur

Les auto-entrepreneurs ne sont pas soumis à la TVA, évidemment, comme toutes les entreprises qui peuvent relever du régime de la franchise en base de TVA. Bien avant le lancement du statut d’auto-entrepreneur, les micro-entreprises évidemment, mais aussi d’autres entrepreneurs individuels et des sociétés n’étaient pas soumises à la TVA. Quelle nouveauté sur ce point ?

L’exonération de CFE durant 3 ans ? Mais la CFE n’existait pas lors du lancement du statut d’auto-entrepreneur ! Avant eux, les entrepreneurs qui exerçaient une activité à domicile, sans immobilisations, étaient déjà exonérés de taxe professionnelle, alors quoi de neuf ici ?

L’impôt sur le revenu des auto-entrepreneurs ? Le même que celui des micro-entrepreneurs.

La taxe professionnelle ? Les auto-entrepreneurs cotisent.

L’impôt sur les sociétés ? Ah non, cet avantage est réservé à tous les autres entrepreneurs (entreprises individuelles classiques comprises depuis la création de l’EIRL).

Les ZRU, ZRR, ZFU, BER, Entreprise innovante : hors sujet, ces avantages fiscaux ne sont pas pour les auto-entrepreneurs.

Le crédit impôt-recherche ? Si un auto-entrepreneur perçoit cette aide fiscale qui permet de financer jusqu’à 80% du coût d’un salarié qui se consacre à des travaux de recherche, le développement d’un logiciel par exemple, je veux son témoignage sur ce site !

En conclusion, répéter que les auto-entrepreneurs bénéficient d’allègements de charges sociales et fiscales, c’est du duplicate bullshit qui sert à vendre du papier évidemment, mais également, c’est la saison et c’est plus grave, des bulletins de vote...




Plan du site | Annonce légale | expert-comptable | Avocat | Légal | Contact