aide creation entreprise

Comparaison portage salarial CAE



Les nouvelles formes de business plan

Portage salarial et CAE présentent des avantages communs à l’entrepreneur souhaitant développer une activité et une clientèle. Cependant, devenir associé d’une CAE est un engagement beaucoup plus fort que choisir une société de portage salarial.

Similitudes entre portage salarial et CAE

En ce qui concerne le salaire versé par un CAE, il n’y a que peu de différences avec le portage salarial. En effet, dans les deux cas, la rémunération dépend de l’activité du salarié et du chiffre d’affaires facturé à ses clients. Dans le cadre d’une Coopérative d’Activités et d’Emploi (CAE), le salaire versé sera calculé sur le chiffre d’affaires réalisé le mois précédent.

Dans les deux cas (portage salarial et CAE), la rémunération versée est un salaire imposable à l’impôt sur le revenu et les charges sociales payées sont les charges sociales des salariés (cotisations employeurs + cotisations salariés). La société de portage salarial ou la CAE calcule pour ses salariés ces cotisations et leur rémunération nette en fonction de leur chiffre d’affaires. En revanche, il faut bien comprendre que ces cotisations sociales (cotisations employeurs + cotisations salariés) sont très élevées et plus élevées que les cotisations sociales des TNS (travailleurs non salariés, les entrepreneurs individuels). Ainsi, après règlement de ces cotisations et rémunération de la société de portage salarial ou la CAE, le salarié ne conservera qu’approximativement un salaire net représentant 50% de son chiffre d’affaires (sur lequel sera ensuite calculé l’impôt sur le revenu).
En cas d’échec du projet de l’entrepreneur, le CDI signé avec la CAE lui donnera droit aux allocations chômage (ASSEDIC).

Distinction entre portage salarial et CAE

Si le contrat de portage salarial est souvent un CDD, le contrat en CAE est en revanche un CDI. En effet, étant donné que le salarié d’une CAE devient par la même associé de cette CAE et que les parts sociales qu’il détiendra dans cette CAE ne seront pas librement cessibles, le lien entre la CAE et ses salariés est beaucoup plus fort que le rapport commercial existant entre une société de portage salarial et les consultants portés. On retrouve donc cette distinction dans les contrats de travail signés.

La distinction principale entre portage salarial et CAE tient donc à l’engagement du salarié au sein d’une CAE comparativement à l’utilisation d’une ou plusieurs sociétés de portage salarial pour le consultant, formateur... qui recherche avant tout la plus grande autonomie possible. Au sein d’une CAE l’entrepreneur est partie prenante de la structure et de son projet collectif, il a vocation à en devenir associé. Avec la société de portage il est par contre dans une relation de client-prestataire, et n’intervient pas dans son fonctionnement dont il reste extérieur. A l’inverse, l’entrepreneur-salarié d’une CAE participe au fonctionnement de cette CAE, à l’élection du gérant de la CAE, rencontre régulièrement les autres associés de cette CAE... Il intègre donc une structure et son système de valeurs. C’est d’ailleurs là tout l’intérêt des CAE.

La CAE a vocation à voir rester les entrepreneurs dans la durée, en signant des CDI classiques ; la société de portage, elle, fonctionne à la base avec des CDD ou des contrats intermittents qui collent aux missions ou chantiers ponctuels des entrepreneurs (une fois terminés, ils n’ont plus de lien avec la société de portage), dans un contexte qui se rapproche du travail intérimaire.

Avantage de la CAE

Lorsqu’on intègre une CAE (coopérative d’activité et d’emploi), on devient associé de cette CAE qui comporte de 2 à 50 associés. Il existe de ce fait un lien fort (l’intuitue personae dans une SARL or les CAE sont des SCOP donc des formes de sociétés proches des SARL) entre les membres de la CAE.

Aussi, la CAE fonctionne un peu sur le principe des pépinières d’entreprises ou des couveuses d’entreprises. En effet, vous bénéficiez au sein de la CAE, en plus de la mise en commun de compétences pour les taches administratives :

  • du regard critique des autres associés de la CAE sur votre projet, critique constructive évidemment et indispensable lors de la création d’une activité et, à terme, d’une entreprise,
  • d’une coopération possible avec d’autres créateurs d’activité,
  • d’une synergie, notamment en ce qui concerne vos clients potentiels, avec d’autres projets proches du votre ou complémentaire.



Posez votre question ou apportez une réponse
  • 13 mars 2009

    bonjour, je m’appelle frederic . chef d’equipes btp, notre societe est en liquidation judiciaire. en un mois et il possible, de créé une scop pour reprendre l’activité à huit salariés.dont la reprise et de 100 000€ plus un font de roulement

  • 31 janvier 2009, par jacques silvy

    Bonjour ,

    je m’appelle Jacques SILVY ,48 ans, cadre dans mon entreprise.
    mon actuel employeur serait partant pour me dégager du temps afin de devlper mon activité en SUPERVISION DE TRAVAUX ET FORMATION à l’extérieur.domaine d’activité= thermique industrielle, échafaudage,protection incendie.

    Questions1/ Possibilité de cumuler ces deux activité ?
    2/ sous quelle forme ? Est ce que le mode CAE le permet ?
    3/ comment approcher la négociation avec mon entreprise actuelle ?

    • 13 février 2009

      1) Vous pouvez effectivement cumuler un emploi salarié avec une activité indépendante.

      2) Toutes les formes juridiques sont alors possibles : le statut d’auto-entrepreneur (voir sur ce site) a l’avantage d’un bouclier social automatique (cotisations à payer uniquement lorsqu’un chiffre d’affaires encaissé). Mais le portage salarial a également cet intérêt (facturation en fonction des missions). La différence : le coût des cotisations sociales en portage salarial par rapport à celles de l’auto-entrepreneur. D’un autre côté, en portage salarial, les cotisations retraite seront les mêmes que les cotisations salariales que vous acquittez déjà et vos droits à la retraite ne sont peut-être pas négligeables. L’auto-entrepreneur, en revanche et selon ses détracteurs, ne permettra qu’une retraite très limitée. Oui, une CAE est également intéressante dans la mesure où elle vous permet de rencontrer d’autres acteurs de votre métier ou de métiers complémentaires.

      3) Si votre employeur est d’accord, alors quoi vous conseiller ? Modifier votre contrat de travail (mi-temps) vérifier qu’aucune clause ne s’oppose à cette création d’entreprise et pourquoi pas signer un document attestant que votre employeur est informé de vos projets.

Plan du site | Annonce légale | expert-comptable | Avocat | Légal | Contact