aide creation entreprise

Gestion d’entreprise après reprise



Les nouvelles formes de business plan

Les ultimes conseils pour que votre opération aboutisse à un succès durable.

Les éléments du succès

La période de l’après-reprise, est un virage délicat à négocier, surtout humainement : vis-à-vis du cédant, mais surtout de son personnel, et de l’environnement habituel de l’entreprise, clients, fournisseurs...

Pour gérer cette période, on peut avancer les conseils suivants :

  • Acceptez un accompagnement du cédant, généralement compris entre 6 et 12 mois, notamment pour étudier en détail certains dossiers et assurer une bonne transition,
  • Faites en sorte que le cédant s’efface petit à petit en espaçant ses visites dans l’entreprise,
  • Evitez les remarques ou discussions houleuses avec le cédant devant le personnel, les clients,
  • Prenez rapidement le pouvoir afin d’imposer votre leadership, et faire comprendre à tous que la page est tournée, et d’ouvrir des perspectives nouvelles sources de développement et de motivation du personnel,
  • Concluez la période de transition par un moment convivial avec le cédant et l’ensemble du personnel.
JPEG - 48.7 ko
Incarner le chef d’entreprise

L’application du contrat de cession

Le contrat de cession et certaines de ses composantes continuent de s’appliquer après la cession :

  • La clause d’earn out prévoit le versement d’un complément de prix en cas de variation du résultat de l’entreprise lors des premières années suivant la cession,
  • La clause de non concurrence s’applique au cédant et lui interdit de se réinstaller dans un périmètre donné avec une activité similaire à celle de son ancienne entreprise. Cette clause lui interdira aussi le plus souvent d’aller travailler chez un concurrent direct.

La garantie d’actif et de passif

Faites-vous accompagner

Vous prenez la direction de l’entreprise ; ce n’est pas la partie la plus facile de votre parcours mais sans doute la plus motivante.

Les salariés sont votre premier soutien dans l’entreprise

Veillez à instaurer un bon contact avec les salariés. En effet, ceux-ci sont la clé d’une entreprise dynamique et rentable. Le passage de relais aura été pour eux aussi une épreuve semée de doute sur leur avenir professionnel, de craintes sur vos capacités à assurer la continuité.

Il vous faudra trouver le juste équilibre entre fermeté, dialogue et professionnalisme, tout en admettant que vous ne pourrez pas d’entrée tout maîtriser.

Vous pourrez également repérer les hommes-clés de l’entreprise pour en faire vos hommes-clés futurs.

Un second soutien pourra venir du cédant

Il aura peut être choisi avec votre accord de vous accompagner quelques mois afin d’assurer la transition avec les clients, les fournisseurs et autres partenaires extérieurs.

La valeur ajoutée qu’il peut vous apporter techniquement peut être aussi un point positif. Il vous faudra toutefois veiller à garder le contrôle des opérations et à le laisser s’effacer petit à petit.

Enfin, il vous appartiendra de décider de conserver ou non les anciens conseils de l’entreprise : avocat, expert comptable et autres partenaires.

Les avis sont partagés sur la question : pour certains, la trop grande complicité qui existait entre le cédant et ces tiers risque de vous porter ombrage et ceux-ci peuvent maintenir des liens avec le cédant qui nuiraient à la confidentialité de vos actions.

Le fait de continuer « la route » avec vos propres conseillers peut être synonyme de nouveau départ pour l’entreprise à tous les points de vue, d’autant plus que vous aurez davantage d’affinités avec vos propres conseillers.

Pour d’autres, le fait de maintenir en place les conseillers existant au moment de la cession est un atout puisque ceux-ci connaissent parfaitement l’entreprise et pourront enrichir votre développement de leur expertise.




Plan du site | Annonce légale | expert-comptable | Avocat | Légal | Contact